Amalgame

Réflexion sur l’amour en écoutant 3 filles raconter leurs expériences, shisha à la main

What’s love? Je ne serai jamais capable de le décrire. Il est beau, Il est fragile. Un regard, un sourire, un mot, un geste peut le déclencher, mais une petite erreur peut le détruire. Tout le monde veut aimer et être aimé, même ceux qui prétendent le contraire. (Bon, ça, c’est un autre sujet.)

Autour d’un thé et d’une shisha, trois jeunes femmes se sont attablées dans un café au centre-ville de Montréal. Et moi, je les écoute discrètement parler de leurs problèmes de cœur. Elles sont visiblement de cultures différentes, d’âges différents, de milieux différents. Enfin, bref, aucun lien entre elles. Pourtant il y en a un. L’amour.

Chacune raconte son histoire. La première femme ne peut pas divorcer de son mari, car les lois au Québec lui compliquent le processus, et les services des avocats coûtent aussi cher que s’acheter une Porsche ici. Dans tout ça, elle est amoureuse d’un autre qui n’est pas à Montréal, et c’est presque impossible qu’il vienne ici, car c’est un réfugié en Europe. Bref, un nœud dans un nœud dans un autre.

La deuxième se trouve profondément déçue face à l’amour. Au total, huit. Huit crapauds. Le plus récent, après plusieurs années « d’amitié » with benefit, a décidé de s’engager pour finalement prendre ses jambes à son cou après 3 mois…. Un froid, pas de nouvelles, finalement, des nouvelles pour ensuite conclure avec LA fameuse phrase « Tu mérites tellement mieux que moi, je sens que je ne te mérite pas ».

Et la troisième, elle ? Bon, la troisième… n’a aucun problème avec le sexe opposé. C’est bien, non ? Et bien, non, c’est ça, le problème. Elle aime l’idée d’être avec quelqu’un, mais elle n’a jamais été amoureuse. Quelques hommes qui sont rentrés dans sa vie en sont aussi vite sortis. J’ai fini par apprendre que l’amour est beaucoup plus grand que ces histoires passagères.

Retournant à mes occupations, je me suis mise à réfléchir sur l’amour. Les histoires de ces femmes m’ont inspirée. S’il y a une chose que j’ai bien comprise, c’est qu’en amour, il faut faire des sacrifices et savoir pardonner ; c’est aussi une balance, c’est-à-dire les deux doivent en faire autant. Une seule main ne peut pas applaudir, comme on dit en arabe ; un cœur seul ne peut pas tout faire. Il ne peut pas aimer seul, il va finir par lâcher. Même si tu es la personne la plus patiente au monde, un jour, ton cœur se réveillera et sera fini sans aucune introduction. Toi, en couple ou célibataire, mariée ou divorcée, jeune ou âgée, écoute mon conseille : prends soin de l’amour quand il rentre dans ta vie, donne-lui l’importance qu’il mérite, mais sache que, quand on aime vraiment, c’est une compétition. Pas dans le sens de « qui a les diplômes les plus prestigieux » ni de « qui provient d’une famille riche », ni de « qui est socialement plus important », ni même de « qui est plus pratiquant » pour certains. Rien de tout ça. Je parle d’une compétition dont le but est de rendre ton bien-aimé/ta bien-aimée le plus heureux/la plus heureuse ; quand on aime vraiment, on traite bien la personne qui est avec nous. Aucune excuse, aucune raison ne doit pas être tolérable lorsqu’il s’agit d’accepter d’avoir mal au nom de l’amour. Parfois, l’égocentrisme humaine détruit la beauté de cette émotion qui est, à mon avis, la plus sacrée et la plus précieuse au monde.  Il faut trouver cette personne qui prendra soin de ton cœur. Arrête de courir les mauvaises choses pour que les bonnes choses te rattrapent.

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande