Amalgame

Donald Trump aux électeurs noirs

Reconnu plus pour ses propos racistes et ses controverses envers tout le monde, le candidat républicain Donald Trump, à l’heure actuelle, ne serait-il pas parmi les politiciens les plus détestés au monde pour ses idéologies ? Telle la construction du mur sur la frontière des États-Unis et le Mexique, ce candidat si spécial dans son mode d’emploi à la politique et si dur dans ses propos.

En août, il avait annoncé un remaniement de son équipe de campagne : Kellyanne Conway qui était déjà sa conseillère est devenue maintenant la directrice de sa campagne. On voit que cette nouvelle équipe essaie de franchir Trump sur une autre voie pour convaincre les Américains de voter pour lui. Trump a avoué ses regrets en disant que parfois, dans le feu d’action, on ne choisit pas de bons mots. Il a dit que cela lui était arrivé et qu’il le regrettait, car ces mots auraient pu heurter des gens personnellement.

En outre, plus tard dans le Michigan, il a voulu charmer la communauté noire avec un discours parfaitement taillé à sa mesure.

Trump a demandé aux Afro-Américains ce qu’ils avaient à perdre s’ils essayaient quelque chose de nouveau comme lui. Il a souligné qu’ils vivaient dans la pauvreté, que leurs écoles étaient mauvaises, qu’ils n’avaient pas de travail, que 58 % de leur jeunesse était au chômage.

Ce tweet explique bien l’absurdité de la situation :

Trump aujourd’hui : « Je regrette d’avoir dit des choses blessantes. »

Trump plus tard dans la journée : « Tous les noirs sont pauvres, sans éducation et sans emploi ».

Donald Trump aux lecteurs noirs

Un chat reste toujours un chat, non !!!

 

En entendant ce discours, je conclus que Trump, comme ses semblables, a pris le soin de bien étiqueter les Afro-Américains avec la pauvreté, de mauvaises écoles et le chômage. Encore ces mêmes stéréotypes qui deviennent de plus en plus puissants dans les discours envers une communauté qui ne cesse de multiplier ses marches et protestations pour une meilleur reconnaissance de ses droits et sa contribution dans le pays.

 Certes, il y a une bonne partie des afro-américains qui vit au-dessous du seuil de la pauvreté, mais s’il avait à s’adresser seulement aux pauvres de la population américaine blanche, aurait-il rappeler à ceux-ci qu’ils sont les plus démunis parmi les autres blancs ? Bref, il aurait pu trouver des mots plus respectueux pour sensibiliser les noirs à voter pour lui.

La situation des Afro-Américains ne s’améliore pas, mais Trump prétend être celui qui peut la changer. Le racisme a encore des plaies qu’on ne saurait pas imaginées dans la société américaine ; on ne peut pas parler de l’histoire américaine sans parler du racisme. Un pays rongé avec tant d’années de ségrégation raciale. Marlon Marshall qui fait partie de l’équipe de Hilary Clinton a réagi indirectement au discours de Donald Trump en l’accusant d’être un homme qui remettait en question la citoyenneté du premier président afro-américain, courtisait les suprématistes blancs et qui avait été poursuivi en justice pour discrimination contre les communautés de couleur dans l’accès au logement.

Le 8 novembre est la date prévue pour les élections aux États-Unis. Les Américains vont voter pour qui ?

Je leur dirais la même chose que 2Pac a dite dans Changes : « We gotta make a change. It’s time for us as a people to start making some changes. »

  • Les opinions exprimés dans ce texte ne concernent que l’auteur de l’article

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande