Amalgame

Elle es-tu belle notre télé québécoise !

À toutes les fois que je regarde mon relevé de paie, je suis toujours un peu dépassée par les déductions qui y sont prélevées.  Je ne suis pas anti-impôts et je comprends très bien qu’il faut contribuer à l’amélioration et au maintien de notre société. Mais qu’en est-il lorsque mon argent durement gagné sert à financer un système discriminatoire ?

Je parle ici des médias québécois. Je regardais il y a quelques jours la rentrée télévisuelle et radiophonique des différentes chaînes et stations de radio québécoises.  Quelle ne fut pas ma surprise d’encore constater que je pouvais compter sur mes dix doigts et peut-être quelques orteils le nombre de personnes de l’amalgame figurant dans les différentes émissions.

Chaque année, ils nous font le coup. On se plaint un peu. Repeat l’année d’après. Bref il n’y a rien de nouveau.

Des excuses, encore des excuses

Parfois sous un peu de pression ils nous servent des excuses bidon, stupides et même quelques fois racistes. En voici quelques exemples ou je m’amuse même à répondre :

« Le vrai débat pour moi qui tous les jours travaille à écrire des personnages [concerne] le bassin d’actrices et d’acteurs des communautés culturelles et leur formation. » – Fabienne Larouche

Ah ben ! C’est de notre faute maintenant ! On n’a aucun talent d’acteur.

« C’est encore un domaine qui n’attire que les Québécois blancs. »-Rafaël Ouellet

J’imagine aussi, qu’il y a juste des Québécois blancs qui regardent la télé.

«Lors du dernier Bye Bye, j’ai été obligé d’engager un comédien noir pour jouer François Bugingo. Non pas que je n’aime pas Normand Brathwaite qui campait Bugingo, mais je ne comprends toujours pas pourquoi il fallait céder aux menaces d’une poignée de gens qui nous prédisaient beaucoup d’ennuis si nous osions faire du blackface (se maquiller en Noir) » – Louis Morissette

Ohlala pauvre Morisette ! Il veut se moquer des noirs, et tout ça à même leurs impôts. Hey ! J’ai un truc pour lui, qu’il arrête de prendre les subventions du gouvernement pour financer ses ByeBye et on n’en parle plus 😉 !

« Comme auteur, on écrit sur ce qu’on connaît, et on ne doit pas non plus caricaturer ce qu’on ignore. Pour ma part, je n’ai pas une connaissance intime des réalités d’une famille musulmane, par exemple. Ce serait tout un défi. Il faudrait plus d’auteurs qui ont grandi dans ces communautés. » – Sylvie Lussier

Heu…ces réalisateurs et producteurs ne sont pas censés avoir une culture générale ?

« Il faut qu’on puisse les comprendre, parce qu’il y en a dont l’accent est si fort qu’on ne les comprend pas. C’est comme lorsque nous, les Québécois, allions à Paris dans les années 70 et qu’on nous faisait répéter deux ou trois fois la même chose : il faut apprendre à articuler, pour que ce soit plus fluide, sans dénaturer la sonorité de l’acteur » – Denise Guilbault

Sé vrai oui! Ké Kan on chexprime, on pé pafois né pa être clè!

 

OK j’arrête d’exagérer

Bon ok, j’arrête d’exagérer. Parfois on a des rôles ! De magnifiques rôles teintés de clichés, de stéréotypes ou avec des répliques d’attardés. Voici quelques exemples :

Il y a cette famille arabe là où le père tue sa jeune fille pour l’honneur :

Les jeunes Loups
Série: Les jeunes Loups

Sans oublier le noir de gang de rue :

Film Noir (NWA)
Film: Noir (NWA)

Ou encore la femme noire frustrée

Série: Unité 9

Et tant d’autres préjugés, dont je n’ai pas réussi à trouver d’images sur le net.

 

Le protectionnisme, l’excuse pour les petits esprits

Une excuse que j’ai déjà entendue concerne le protectionnisme. Ce que ça dit, c’est que ceux qui décrochent tous les rôles ne veulent pas que ça change. Ils disent que le Québec est un petit marché, où il y a déjà très peu de boulot à offrir dans le monde des arts.

Wait, What !! N’est-ce pas une façon, un peu « Fait pour un petit pain » de voir la situation ? Il me semble que ce serait bénéfique pour tous si les réalisateurs et producteurs avaient un mindset : on va faire du Québec le Hollywood canadien.  Une place reconnue pour son art, la qualité de ses acteurs, la profondeur de ses films, avec des séries traduites en plusieurs langues et gagnant des prix internationaux, faire en sorte que l’acteur québécois devienne une ressource recherchée, enviée et valorisée, faire en sorte que des aspirants sortent de Kingston, de Moncton, de Vancouver afin de vivre leur rêve, soit celui de jouer dans une série ou un film québécois.

Il me semble que ça créerait plus d’emploi pour tous et plus d’opportunité pour les gens de l’amalgame.

Et bien non, ils préfèrent que Monique Tremblay produise un rôle pour que Monique Tremblay puisse y jouer. C’est comme ça que la téléspectatrice Monique Tremblay est heureuse.

Sur ces mots, je te laisse aller regarder les gémeaux de ce soir avec des lauréats et gagnants blancs, plus blanc que blanc, et tout ça à même nos impôts. Ne veille pas trop tard. Le travail t’attend demain matin. Tu dois aller financer le prochain gémeaux de Monique.

#Work#Work#Work

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande