Amalgame

Parce que c’est plus qu’un repas…

La soup joumou est LE repas par excellence chez les Haïtiens. Je vous défis de trouver un haïtien qui ne sait pas ce que c’est ou qui n’en mange pas le 1er janvier. Sur le Net, on est bombardé d’images de cette fameuse soupe ou de chansons écrites en son honneur. On est forcé de se demander d’où viennent cette fascination et cette appréciation portées à ce mets.

La première chose à savoir c’est que la soup joumou n’est pas seulement un repas, c’est un symbole. Elle représente la liberté et l’affranchissement d’un peuple qui a été trop longtemps à la merci de l’Homme blanc. Le 1er janvier 1804, Haïti obtenait sa liberté et devenait officiellement la première et la seule colonie à avoir réussi à s’affranchir par le biais d’une révolte d’esclave. Si cette partie de l’histoire est souvent oubliée, elle reste tout de même la fierté de toutes personnes se considérant haïtienne. Il est important de savoir que l’histoire exacte de cette tradition est encore débattue chez les experts. Selon Bayyinah Bello, professeur à l’Université d’État d’Haïti et dirigeante de Fondasyon Felicite, cette tradition aurait été implanté par la femme du général de la révolution, Marie Claire Heureuse Félicité Bonheur Dessalines. À la recherche d’un plat consistant à servir à son mari, un peu avant le discours d’indépendance qu’il prononcerait, elle a pensé à utiliser un ingrédient utilisé comme plantes médicinales : le giraumont aussi connu sous le nom de joumou. Par la suite, elle aurait emmené les haïtiens à cuisiner de cette soupe à tous les ans pour se rappeler de leur victoire contre les Français.

L’autre version, un peu plus connu et répandue est celle où les Français en mangeaient constamment devant leurs esclaves qui étaient nourris à la semoule de maïs, repas peu appétissant. Les esclaves n’avaient en aucun cas le droit de toucher à cette soupe strictement réservée à l’Homme blanc. Donc, il est évident que comme symbole ultime de la liberté, il fallait s’approprier tout ce qui nous avait a été interdit. C’est ainsi que la soup joumou serait devenue un symbole de l’indépendance. Cette histoire contient plusieurs failles dont pourquoi les Européens n’en consomment plus aujourd’hui ou où sont les preuves écrites de cette histoire ?…

Par contre cela importe peu car au final, cette tradition reste forte et ferme dans la communauté haïtienne. Elle nous aide à nous souvenir qui nous sommes et d’où ne venons. Elle nous aide à nous souvenir que nous sommes des roseaux et que peu importe comment le temps à essayer de nous détruire et de nous asservir, nous en sommes sortis plus que vainqueurs et plus battants que jamais. Cette tradition est aussi un souffle d’espoir pour les générations avenir. Car elle est la preuve que quand les opprimés se mettent ensemble et s’organisent, ils peuvent combattre l’oppresseur. Ils peuvent se libérer totalement.

Oui, Haïti est le pays le plus pauvre d’Amérique. Oui, mon pays a été frappé pas trop de catastrophes naturelles. Par contre, mon pays a aussi réussi une révolte d’esclave. Mon pays a aussi su repousser l’envahisseur longtemps. Mais surtout, mon pays est encore debout et je crois fermement qu’un jour elle redeviendra la Perle des Antilles.

Est-ce que ta famille, continue la tradition de la soupe de 1er janvier?

Lire le texte de la 1ère expérience de Zeina avec la soupe Joumou: Une libanaise et un bon bol de soupe Joumou

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande