Amalgame

La lecture qui redonne goût à la vie ou Mon top cinq d’écrivains arabes

Celles et ceux qui me connaissent vous diront à quel point je suis une addict des romans arabes. Dans ces romans, je retrouve une grande partie de moi, car souvent les écrivains se réfèrent à des souvenirs de jeunesse ou à des réalités de ma société natale. C’est d’ailleurs apaisant de savoir que je ne suis pas la seule à avoir vécu ces réalités. Bien que je lise énormément, la plume de quelques écrivains et les sujets qu’ils évoquent dans leurs romans m’interpellent tout particulièrement…

  • Ahlam Mosteghanemi 

Algérienne née en 1953, Ahlam Mosteghanemi est connue pour être la femme écrivaine la plus lue dans le monde arabe. Mosteghanemi a publié plusieurs livres à succès. Pourtant, El aswad yalikou biki (Le Noir te va si bien), restera mon préféré à jamais. Durant les quelques 300 pages, nous vivons une histoire d’amour et de politique telle qu’il en a toujours existé, tout en étant une fiction digne d’un conte de fées où le prince charmant n’est pas si prince que cela et où la fille pauvre et banale en apparence est une vraie princesse. Son père, s’étant fait tuer par les terroristes,  elle décide de se venger. Elle ira jusqu’à défier les traditions et chanter aux funérailles de son père. Geste revendicateur qui la poussera à l’exil, en Syrie. Là-bas, un homme riche libanais la verra à la télévision habillée toute en noir et s’éprendra d’elle. L’histoire, ponctuée par la tragédie du terrorisme qu’a traversé le peuple algérien pendant les années 1990, est pleine de suspense et d’émotions, bien fidèle aux folies qu’un homme puisse faire pour séduire une femme.

  • Athir Abdallah

Atheer Abdullah Nashmi est une écrivaine saoudienne née en juin 1984 à Riyad. Elle a publié trois livres. J’en ai lu deux sur trois et je peux vous garantir, avec toute sincérité, que je les ai lus d’un trait. Fal Taghferi (Pardonne) et Ahbabtoka aktar mema yanbaghi (Je t’ai aimé plus que ce qu’il fallait), sont deux romans qui racontent la même histoire d’amour : le premier du point de vue de l’homme et le second, de la femme. Nous voyons comment deux personnes peuvent grandir ensemble et comment chacune peut voir la même situation totalement différemment. L’histoire d’amour se passe à Montréal. Sans le cacher, j’ai pleuré dans beaucoup de passage des deux livres qui me rappelaient drôlement la même histoire d’amour que j’ai vécue.

  • Ahmed Mourad

Monsieur Mourad, né en 1978 au Caire, est un écrivain et photographe égyptien. Il a commencé à écrire son premier roman Vertigo durant l’hiver de 2007, qui fut publié dans la même année par la maison Edition Merit. Il fut ensuite traduit en anglais pour Bloomsbury, en italien par Marcelo et en français pour la maison d’édition Flammarion. J’en suis au compte de trois livres sur cinq. Elfel Azrak (L’éléphant bleu) raconte l’histoire d’un psychiatre très bon dans son métier, avec  pourtant des problèmes dans sa vie personnelle dus à la mort de sa femme et de sa fille dans un accident, dont il était la cause. Le roman de Mourad que j’ai le plus adoré, Tourab El Mass (la poussière de diamant), raconte l’histoire d’un simple garçon qui n’aimait pas sa vie routinière, avant qu’il ne se trouve face à un homicide. Et, pas n’importe lequel : celui de son propre père. Ce meurtre, qui donna lieu à une série de crimes, lui fera découvrir que son père lui cachait bien plus qu’il n’aurait jamais pu le croire.

  • Mohamed Sadek

Mohamed Sadek est un romancier égyptien né en 1987. Son premier roman, Taha ghareb (Taha étrange), est sorti en 2010. Il a été suivi par Baad sa3at fe youm ma (Quelques heures par jour) en 2012. Puis, en 2014, il a publié son troisième roman Hepta devenu best-seller dès sa sortie, lequel sera converti en un film du même nom. C’est le seul livre de Sadek que j’ai lu jusqu’à présent. Il retrace le vécu de différentes personnes, de différents âges et de différentes classes sociales qui vivent de la même manière leurs histoires d’amour. Dans ce roman psychologique, l’auteur tente continuellement de répondre à la question suivante : comment aimer ?

  • Ahmed Mehanna 

Ahmed Mehanna est un écrivain et éditeur multidisciplinaire égyptien. En plus d’écrire et de produire plusieurs films et documentaires, il travaille dans le domaine de la production artistique. Il a sorti son recueil de nouvelles intitulé Ekhterab (Aliénation) et Mazag ElQahira (l’humeur du Caire), qui prend la forme d’un journal intime. Et plus récemment, Sawfa ahki anek (Je raconterai aux autres à propos de toi) qui est un roman extraordinaire, où les évènements sont étroitement liés à la réalité et l’histoire. Le personnage principal y jette un regard sur les tristes erreurs du passé et entreprend un voyage intérieur pour se retrouver lui-même et vivre un moment de vérité.

Et toi, as-tu des auteurs à me suggérer ? N’hésite pas à me faire part de ton appréciation si tu as déjà lu un de ces romans et s’il y a un livre qui t’intéresse, écris-moi et je te transmettrai la version PDF du livre. 

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande