Amalgame

Chaos Unleashed VIII : La battle de Popping de l’année

J’ai eu l’honneur d’assister à un battle (concours de danse urbaine) organisée par la Compagnie Forward Movements au Centre des Loisirs des Sourds de Montréal.

La magie s’opérait derrière de grands rideaux noirs, il y avait déjà deux danseurs qui s’affrontaient quand je suis arrivée. Le public était captivé par leurs styles, leurs  flows et leurs mouvements. J’ai jeté un œil au public et j’ai reconnu quelques visages familiers, des danseurs bien sûr mais pas que des danseurs de Popping. Il y avait des élèves et des professeurs de Popping, de Hip Hop, de Waacking et de Locking tous réunis sous un même toit pour cet incroyable événement. La juge de cet battle était la magnifique et talentueuse Lady C, la pro du Boogaloo et le présentateur était Preach, un des gars d’Aba & Preach.

Boss Lady C
Boss Lady C

Le gagnant du battle Senior est le funky tout droit venu de Toronto,  Tyrell Black qui avait performé avec sa troupe Tense Image un peu avant la finale. Les gagnants du battle junior sont le duo  : Tiny Symbiote et C-Rowpop.

20170411_030841000_iOS
Tyrell Black et Lady C
17800411_10155222215148336_3761152744838769420_n
Les finalistes du battle junior et les juges

 

 

 

 

 

 

Pour les non-danseurs parmi vous et pour ceux qui ne connaissent pas le Popping,je vais vous l’expliquer. C’est un style de danse Hip Hop dont le principe de base est la contraction et la décontraction des muscles en suivant le beat. En général, ils alternent les instruments pour leur pop et pour diversifier leurs mouvements. Ce style a été rendu populaire par les Electric Boogaloos dans les années 70 et 80 dans l’émission mythique Soul Train.

Présentation de Ford Mckeown Larose

Après le battle, j’ai pu discuter avec l’un des fondateur de la Compagnie Forward Movements :Ford Mckeown Larose. Il est professeur de Popping au Urban Element Zone et aussi le coach d’Urban Chaos, un groupe de Popping composé de 8 adolescents. Il a voulu faire du Hip Hop quand il a vu une vidéo de Cedric Gardner dans l’émission So You Think You Can Dance qui l’a beaucoup inspiré. Mais son coup de coeur pour le Popping s’est produit après avoir vu un show en 2008.

Pour lui, le Popping est l’expression d’une énorme liberté. Sa carrière est drivée par le but d’aller plus loin dans la réflexion : déconstruire pour créer quelque chose d’autre. Comme il le dit si bien, la danse c’est «quelque chose de viscéral». C’est une connexion entre le spirituel et l’extra-personnel. Il a pris son premier cours de Hip Hop avec Alexandra L’heureux et son premier cours de Popping avec Venom, qui est un des danseurs du groupe Symbiotic Monsters. En 2009, il a voyagé seul pour la première fois vers New York pour suivre un cours avec le légendaire danseur de Popping Mr Wiggles ! Depuis, il voyage beaucoup pour des compétitions ou pour donner des cours à Los Angeles, Paris et New York.

Sa carrière s’est construite grâce aux rencontres qu’il a pu faire et aux gens qui lui ont donné l’opportunité d’enseigner comme Cindy McAuliffe, directrice du studio Urban Element Zone et MonstaPop, un des partenaire de Venom. Enseigner et coacher, c’est ce qu’il aime le plus, surtout l’énergie et le vibe qu’il y a entre un prof et ses élèves. Il tient l’amour d’enseigner de sa mère, qui adorait donner et partager sans rien attendre en retour. Il enseigne plus que de la danse à ses élèves et à ses protégés d’Urban Chaos. Même si ces derniers ne continuent pas la danse au moins ils auront une base, quelque chose en plus. Et comme il le dit si bien  » c’est comme ça qu’on crée des passionnés ».

Urban Chaos
Urban Chaos

Place du Popping sur la scène urbaine montréalaise.

Le Popping et le Breakdance sont prédominants à Montréal. Le Popping a un côté captivant qui en fait l’un des styles de danse les plus artistiques. Le Popping a un énorme potentiel, car on a une grande liberté. Son évolution se fera par une plus grande ouverture tout en gardant ses racines. C’est en apprenant et en maitrisant les bases du Popping qu’un danseur pourra être assez confiant d’aller plus loin dans son art et de penser « outside the box »  pour en faire quelque chose de spectaculaire. Il espère aussi que le Popping aura une plus grande reconnaissance artistique.

La Compagnie Forward Movements.

Cette compagnie vient d’une idée qu’il nourrit depuis 4-5 ans. Grace à la compagnie, il veut donner forme à sa vision qui est de faire bouger les choses qui lui tiennent à cœur, amener la culture le plus loin possible, faire quelque chose de positif avec la communauté et aller plus loin dans le jeu de la danse. Par le biais de la compagnie, il veut rendre l’enseignement ludique et faire en sorte que les élèves créent leur propre authenticité.

Il s’est lancé avec son associée Anaïs, qu’il a rencontrée au Urban. Cette dernière travaille dans les domaines de l’événementiel et de la communication et elle donnait des conseils à Ford sur la promotion de ses évènements. Les deux se complètent parfaitement. Le danseur et la conseillère en communications nous avaient d’ailleurs programmés une excellente fin de semaine en l’honneur du Popping.

Ford et Anaïs à la fin du Workshop
Ford et Anaïs à la fin du Workshop

Workshop de Popping

Le lendemain de chaque battle, tous styles confondus, une journée de workshop est organisée avec deux ou trois professeurs invités qui enseignent leur spécialité, leurs techniques etc. Ford les a choisis avec soin, en se basant surtout sur leur complicité avec les jeunes danseurs. Quand il voit que la personne est la même personne dans la vie et quand il danse, c’est le bon ! Les professeurs invités cette année étaient Lady C et Temu.

Je fini mon article par le motto de Ford qui est très inspirant : «always forward», d’où son nom d’artiste Forward. Malgré toutes les difficultés, les embûches, les déceptions, il faut toujours aller de l’avant. En fait, de mon point de vue, Ford c’est le sensei qu’il faut à certains d’entre nous dans la vie.

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande