Amalgame

Cachez ces milléniaux que je ne saurais voir

Nous entendons, depuis quelques temps, énormément de critiques envers les milléniaux. Évidemment, ce n’est pas d’hier que les baby-boomers critiquent la génération Y. Suite aux articles récemment publiés ainsi que plusieurs discussions sur les ondes radiophoniques, je voudrais donner mon point de vue à mon tour.

 

« Les milléniaux sont paresseux et ne veulent pas travailler. »

Selon moi, il y a un malentendu entre les deux générations. En effet, selon le billet de Patrick Lagacé publié sur le site de LaPresse, puisqu’ils revendiquent des heures flexibles et des titres non-traditionnels, les milléniaux ne veulent pas travailler.

Alors que je suis d’accord avec son propos selon quoi personne ne veut que son emploi soit une corvée, selon moi, les jeunes de nos jours, notamment ceux qui ont participé à la discussion de C2 Montréal, recherchent des offres d’emploi qui ne seront pas simplement fixées sur le curriculum, mais aussi sur l’environnement de travail et le profil de la personne (sa personnalité, par exemple). Les jeunes ne cherchent pas un emploi seulement dans le but d’avoir un emploi; ils veulent un emploi qui leur permettra de rencontrer leurs objectifs professionnels, personnels et sociaux au sein d’une entreprise qui reflète leur personnalité.

 

« Les milléniaux sont des enfants-rois. »

Oui, nos parents nous ont dit et répété qu’on était bons, compétents et beaux toute notre vie, que les possibilités étaient si infinies si on travaille pour. En d’autres mots, nous avons grandi en ayant une banque infinie de possibilité et une grande estime de nous-mêmes.

C’est pourquoi les jeunes d’aujourd’hui prennent beaucoup plus de risque : car ils croient en eux. C’est aussi pourquoi bon nombre d’entre eux se découvrent une fibre entrepreneuriale.

Autrement dit, les emplois qui nous sont offerts se doivent de combler ce vide et enrichir cette fibre en offrant des tâches plus dynamiques et moins routinières aux jeunes. L’ère des médias sociaux a aussi amené énormément d’opportunités de carrière qui n’aurait pas été (ou ne sont pas) considérées traditionnelles. Parmi eux se trouvent : les influenceurs, les gestionnaires d’images, créateur de contenu…

Il y a aujourd’hui tellement d’opportunités que tout ceci a complètement chamboulé les éléments de la pyramide de Maslow de nos parents.

La définition « d’une vie de qualité » a changé. Non, ce n’est pas tout le monde qui envisage d’avoir un emploi stable, de se marier ou de s’acheter une maison et avoir des enfants. Il y en a, certes. Cependant, d’autres cherchent seulement l’autonomie, la possibilité de travailler à distance. Il y en a aussi qui se cherchent simplement des emplois qui donnent l’opportunité de voyager.

Pour en revenir au le sujet des offres d’emploi, c’est justement à cause de cette prise de conscience de la valeur de soi et de cette constante recherche d’adéquation avec son environnement de travail que les ressources humaines se doivent d’évoluer, désormais. En effet, notre génération a tendance à toujours chercher mieux, à avancer, à grandir… C’est pourquoi la rétention des employés devient alors un immense défi pour les employeurs.

Les milléniaux n’ont pas seulement un grand pouvoir d’achat de nos jours, mais aussi un grand pouvoir de négociation face à ce qui concerne le travail.

 

« Les milléniaux sont matérialistes et narcissiques. »

Avec l’arrivée des médias sociaux, l’idée de l’image parfaite, de la vie parfaite, a fait des ravages auprès des jeunes. Aussi triste à dire que ce puisse l’être, personne n’est à l’abri de cette constante comparaison. Je vous le dis, même pas ma mère!

Cependant, C’est un phénomène que l’on associe aux milléniaux, car nous en sommes les utilisateurs principaux. Effectivement, les médias sociaux sont de nouveaux canaux de distribution pour les compagnies; un peu comme lors de l’apparition de la télévision.

Surprise, surprise! La technologie fait évoluer la société, ainsi que ses méthodes d’achats et de ventes. Cependant, c’est aussi grâce aux réseaux sociaux que nous avons un accès instantané à l’information, car ils font de nous une génération très sensible aux nouvelles et à l’actualité, de même qu’aux enjeux sur un niveau planétaire.

Nous concevons maintenant nos jugements en se basant sur des faits et moins sur des préjugés. En fait, nous allons même au-delà du jugement. Certainement, nous sommes curieux, nous nous renseignons, nous côtoyons des gens, les supportons. Nous sommes la génération qui prend des initiatives, et c’est grâce aux réseaux sociaux que ces projets se répandent aussi vite, permettant aux gens de se mobiliser.

 

« Les milléniaux doivent arrêter de manger des avocado toasts afin de pouvoir s’acheter une maison. »

Puisque nous sommes la génération la plus éduquée, nous sommes donc forcément la plus endettée. Ceci est sans compter que nous allons hériter des dettes des baby-boomers, que nous devrons ensuite payer par l’intermédiaire de nos taxes et nos impôts.

Je ne pense pas qu’un avocado toast pèse très fort sur la balance. De plus, ce n’est pas tout le monde veut une maison. Comme je l’ai dit plus haut, la définition de qualité de vie varie selon chacun.

Je ne comprends pas comment on peut mettre toute une génération dans le même panier par l’intermédiaire d’extraits de discussions par un tiers, sans même avoir assisté à l’événement ou avoir parlé à d’autres milléniaux. Ceci est sans compter qu’il y a une grande différence d’âge entre les personnes nés entre 1981 et 2001. Je dirais même que la réalité est différente pour un millénial entre 25-35 ans ou un entre 18 et 25 ans ou 14-18 ans.

Cet article n’est pas une réfutation du tout ce qu’on dit sur les milléniaux; je veux tout simplement dire qu’il est normal, vu la façon dont nous avons reçu notre éducation et l’importance de la technologie de nous jours, qu’on se soit forgé une grande estime de nous-mêmes qui est constamment amplifiée par les réseaux sociaux.

Qu’en dites-vous? Est-ce que les milléniaux sont de grands paresseux, éfrontés…name it? Est-ce que notre opinion sur les milléniaux devrait se baser seulement sur l’impression laissé par 5 à 6 jeunes au C2Mtl?

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande