Amalgame

Repose en paix, sauf si t’es musulman

Il n’y a pas très longtemps la ville de Québec, a été chamboulé par un attentat envers la communauté musulmane québécoise. Le 29 janvier 2017, 6 personnes musulmanes ont perdu la vie, ces victimes ont été inhumées à Montréal et à l’étranger, car la ville de Québec n’avait pas de cimetière musulman. Le maire de Québec avait promis qu’il remédierait à la situation et que les musulmans auraient leur cimetière. Plus de 6 mois plus tard, les musulmans n’ont toujours pas de cimetières; ils ont seulement 500 lots dans le cimetière multiconfessionnel de Saint-Augustin-de-Desmaures. En effet, le projet du Centre Culturel Islamique de Québec (CCIQ) d’avoir un cimetière musulman à Saint-Apollinaire fut rejeté suite à un référendum. 49 sur 6000 habitants de Saint-Apollinaire ont été appelée à voter pour ou contre ce projet; 19 personnes ont voté contre le projet.

Le maire de la ville ne compte pas revenir sur la décision des citoyens malgré le fait qu’ils aient le pouvoir de le faire. En effet le nouveau projet de loi 122 adopté en juin par le gouvernement libéral provincial permet à la municipalité d’outrepasser l’obligation de tenir des référendums pourvu qu’elle adopte une « politique de participation publique ». Le CCIQ veut donc ramener le projet en appliquant le projet de loi 122 or ce projet de loi n’est pas totalement complet et requiert encore d’être adopté par le conseil des ministres. De plus, ce qu’entend le parlement comme étant une « politique de participation publique » reste, en application, un concept qui n’a pas été défini. Cependant, le CCIQ ne reste pas sans recours, si la municipalité refuse d’outrepasser le référendum, le CCIQ pourrait intenter un recours devant les tribunaux et faire valoir que la décision est discriminatoire et viole leur droit et libertés conférées par la Charte canadienne des droits et libertés.

Une décision discriminatoire?

Au moment même que je rédige cet article, je reçois une notification que le CCIQ a reçue vendredi, deux jours avant le référendum, un paquet rempli de message de haine concernant leur projet de cimetière.

 

20228920_1524836274205347_1916256781087238380_n

Crédit photo: http://canada.timesofnews.com/defaced-quran-hateful-note-left-at-quebec-city-mosque-where-january-shootings-occurred.html

Cette nouvelle vient confirmer la tournure que j’allais prendre dans cet article. Le projet a été refusé, car il s’agit d’un cimetière musulman il n’y a aucune autre raison. Ce résultat est islamophobe, il est le résultat de la peur qu’ont certain québécois.es envers la communauté musulmane. Une peur démesurée, illusoire et inhumaine qu’il faut absolument combattre. Ce sentiment de peur de l’autre est le résultat du climat sociopolitique dans lequel nous vivons depuis 2001. Un climat qui ne cesse d’être renforcé par nos médias et qui ne cesse d’être ignoré par nos décideurs politiques. Le Québec n’est pas islamophobe, mais le Québec a un gros problème d’islamophobie. Un problème qui faut arrêter d’ignorer, de banaliser et de justifier en se disant que ce n’est qu’une minorité qui est islamophobe. Cette fin de semaine cette minorité par l’entremise de la démocratie fut donnée l’opportunité d’être la majorité.

Personnellement, je suis outré que la communauté musulmane du Québec ne puisse même pas avoir leur propre cimetière et qu’ils se fassent dire de se contenter des 500 quelques lots qui leur ont été octroyés à plus de 45 km de Saint Apollinaire. On parle d’un cimetière, d’un endroit, où les proches des défunts rendre leurs derniers hommages et laisse ceux-ci reposer en paix. On parle de la liberté de religion des défunts d’être enterré dans un cimetière qui respecte leur religion. Il est clair pour moi et surtout suite au paquet haineux reçu par le CCIQ que cette décision est le résultat de l’islamophobie. Une décision discriminatoire qui porte atteinte au droit de la liberté de religion de la communauté musulmane.

La communauté musulmane devrait exiger que le conseil municipal outrepasse le résultat du référendum, car celui-ci viole le droit à la liberté de religion protégée par la Charte. D’autant plus, que la Charte existe pour protéger les droits fondamentaux des citoyens canadiens, et ce même s’il s’agit d’aller à l’encontre de la majorité. En effet, la Charte se doit de protéger les minorités contre la majorité. Accepter le résultat de ce référendum ne saurait être une limite aux droits et libertés de la communauté musulmane dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique, en vertu de l’article 1 de la Charte.

Enfin, j’espère que le CCIQ n’abandonnera pas ses démarches malgré les nombreux actes haineux dont ils sont constamment victimes. Cette décision semble peut-être être un cas isolé, mais elle va au-delà des 19 personnes qui ont voté contre et affecte la société au complet, car elle renforce le clivage identitaire de notre société. La communauté musulmane est aussi importante que toutes les autres communautés du Québec, ses droits et libertés se doivent d’être respectés.

 

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

Wishbone

Amalgame vous recommande